Guide des Labels dans la Mode : Comment s'y Retrouver

Guide des Labels dans la Mode : Comment s'y Retrouver

Dans l'univers complexe de la mode, où les enjeux environnementaux et sociaux prennent de plus en plus d'ampleur, les labels jouent un rôle crucial. Mais qu'est-ce qu'un label exactement ? En termes simples, un label est une marque protégée délivrée par une tierce partie pour garantir la qualité, l'origine et les conditions de fabrication d'un produit ou d'une organisation.

Les labels dans l'industrie textile contrôlent divers aspects, de la production aux conditions de travail, en passant par l'utilisation de substances dangereuses. Cependant, il est crucial de faire la distinction entre les labels officiels, certifiés par des tiers indépendants, et les autoproclamations sans fondement légal.

Pour aider les consommateurs à faire des choix éclairés, plusieurs labels émergent dans le domaine de la mode éthique et responsable. Voici un aperçu de quelques-uns des plus connus : 

1. GOTS (Global Organic Textile Standard)

Bien sûr ! Voici une synthèse du Global Organic Textile Standard (GOTS) :

Le GOTS est l'un des principaux labels de mode éthique, axé sur les textiles biologiques, le respect de l'environnement et de la santé des consommateurs, ainsi que des conditions de travail équitables. Il est apposé sur divers produits textiles, excluant seulement ceux en cuir. Ce label interdit l'utilisation de produits chimiques nocifs tels que les métaux lourds toxiques, le formaldéhyde, etc.

Pour obtenir la certification "biologique" GOTS, les produits doivent contenir au moins 95% de fibres biologiques certifiées. Actuellement, il est considéré comme le label le plus exigeant. La certification est délivrée par Ecocert et Control Union. (Source : Refashion).

2. Œko-Tex

Œko-Tex, un label de mode éthique bien connu, garantit la sécurité des matières premières, des textiles transformés et des produits finis (vêtements, accessoires, linge de maison) pour les travailleurs et les consommateurs, ainsi que pour l'environnement. Créé par une association allemande indépendante, il est également appelé Confiance Textile en France. Œko-Tex propose sept certifications différentes, couvrant divers domaines et niveaux d'impact dans l'industrie textile, avec la norme "Standard 100" étant la plus répandue.(Source : Refashion).

3. Bluesign

(Source : Refashion).

Bluesign est une certification internationale adoptée par les fabricants de textiles, garantissant que leur processus de production est sûr pour les humains et l'environnement. Cette certification prend en compte des critères environnementaux tels que la gestion durable de l'eau et la toxicité des teintures, ainsi que des aspects sociaux comme la sécurité des travailleurs et des consommateurs.

Le label Bluesign interdit l'utilisation de substances toxiques, favorise l'optimisation des ressources et la gestion des déchets. Son objectif est de créer une approche intégrée pour assurer la transparence et la traçabilité dans toute la chaîne d'approvisionnement textile. En unissant les fournisseurs de produits chimiques, les fabricants de textiles et les marques, Bluesign vise à promouvoir une industrie textile saine, responsable et rentable. (Source : Refashion).

4. OCS (Organic Content Standard)

Le Organic Content Standard (OCS) est un label international d'abord conçu pour certifier le caractère biologique du coton cultivé. Par la suite, il a été élargi pour inclure d'autres textiles. Ce label garantit une traçabilité rigoureuse de la production, depuis la matière première jusqu'au produit fini, et peut s'appliquer à tout type de produit non alimentaire. (Source : Refashion).

5. GRS (Global Recycle Standard)

Le Global Recycle Standard (GRS) est une norme internationale qui évalue à la fois le contenu recyclé et les aspects chimiques d'un produit fini. En plus de cela, il examine les pratiques sociales et environnementales tout au long de la chaîne de production. Les produits portant le label GRS contiennent au moins 50% de matière recyclée, avec un minimum de 50% de fibres recyclées pour leur étiquetage.(Source : Refashion).

6. FSC (Forest Stewardship Council)

Le Forest Stewardship Council (FSC) est une organisation internationale à but non lucratif qui certifie les forêts, les chaînes d'approvisionnement, les détaillants et les produits finis en bois ou à base de pulpe de bois, notamment des feuillus, de l'eucalyptus, du bambou, etc. Ces arbres proviennent de forêts gérées de manière durable. Dans le secteur de la mode, cette certification peut s'appliquer à des matières dites cellulosiques ou régénérées, telles que la viscose, la rayonne, le lyocell/Tencel, le modal, ainsi qu'aux emballages en carton.

Il existe trois types de labels FSC :

  • FSC 100% : la matière provient exclusivement de forêts certifiées FSC.
  • FSC Recycled : la matière est issue de matériaux recyclés initialement provenant de forêts certifiées FSC.
  • FSC Mix : la matière est composée à la fois de matériaux provenant de forêts certifiées FSC et de matériaux recyclés.

(Source : Refashion).

7. ROC (Regenerative Organic Certified)

La certification Regenerative Organic Certified (ROC) a été créée en 2017 par une alliance de chefs d'entreprise et d'agriculteurs. ROC est spécifiquement dédiée aux fibres issues de l'agriculture régénérative. Cette norme se distingue par son exigence élevée en matière de pratiques biologiques, assurant la réhabilitation des sols, la protection des animaux, l'amélioration des conditions de vie des ouvriers agricoles, des conditions de travail équitables et la possibilité d'améliorer leur statut socio-économique.(Source : Refashion).

8. ECOCERT

Ecocert joue un double rôle en tant que certification internationale et organisme certificateur pour plusieurs labels, tels que GOTS, OCS et Ecocert Standard. Cette certification concerne un large éventail de produits, notamment les matières premières textiles, les produits ménagers, les cosmétiques et certains produits alimentaires. (Source : Refashion).

9. Demeter

Ce label est dédié à l'agriculture biodynamique, une méthode agricole existant depuis 1924, qui vise à soigner la terre, régénérer les sols, et promouvoir une symbiose entre les animaux d'élevage et les cultures au sein d'un même domaine agricole. Il met un fort accent sur le respect des animaux et répond également aux exigences du règlement européen sur l'agriculture biologique. (Source : ADEME).

10. BioRe

BioRé est un label suisse fondé en 1997, certifiant que le coton est cultivé selon les principes de l'agriculture biologique, sans utilisation de produits chimiques pour la teinture. Il assure également des conditions de travail adéquates pour les salariés et les producteurs. De plus, BioRé encourage les exploitants à adopter une culture diversifiée pour prévenir l'appauvrissement des sols causé par la monoculture. (Source : ADEME).

11. Fairtrade Max Havelaar

Le label Standard Textile de Max Havelaar, se concentre sur les conditions de travail, le salaire vital, la sécurité et les droits des travailleurs. Il s'applique non seulement au coton, mais aussi à d'autres fibres textiles durables. Il est le premier standard à exiger un salaire vital pour les travailleurs dans un délai contraignant de six ans, et il impose aux marques d'assumer une responsabilité contractuelle pour les pratiques d'achat à long terme. (Source : ADEME).

Ces labels offrent une orientation précieuse pour les consommateurs soucieux de l'impact de leurs achats. Cependant, il est essentiel de rester vigilant face aux nouveaux labels sans fondement solide, tels que le Better Cotton Initiative, qui peuvent tromper les consommateurs.

Il est possible que vous ayez entendu parler du scandale qui touche actuellement les marques Zara et H&M. Une récente enquête menée par l'ONG britannique Earthsight, publiée le jeudi 11 avril, a révélé que ces deux géants de la fast fashion se fournissent en coton dans la région tropicale du Cerrado, située dans la région de l'Amazonie brésilienne, contribuant ainsi à sa déforestation. Selon Rubens Carvalho, directeur adjoint d'Earthsight, dans une interview pour Libération, "Zara et H&M consomment d'immenses quantités de coton pour fabriquer leurs nombreuses collections".

Ce qui est particulièrement troublant, c'est que la plupart des vêtements vendus par ces marques sont censés être fabriqués à partir de coton certifié "Better Cotton", qui est censé garantir une éthique dans la production du coton. Or, il semble que le coton cultivé dans les exploitations du Cerrado porte ce fameux label Better Cotton. Cette révélation remet en question la crédibilité de cette certification. En France, l'Agence de la transition écologique met également en garde contre cette certification, la qualifiant de "très utilisée par les industriels [...], facile à obtenir", et soulignant qu'elle "ne signifie pas que [le] vêtement est en coton biologique".

Face à ces critiques, le label Better Cotton a pris la décision de réviser ses critères d'obtention (Source : Libération).

En conclusion, les labels dans la mode ne sont pas seulement des gages de qualité, mais aussi des signaux d'engagement envers des pratiques éthiques et durables. En les connaissant et en les utilisant comme guide, nous pouvons contribuer à transformer l'industrie textile vers un avenir plus responsable et respectueux de l'environnement.